un client consulte 12 à 20 sites avant de réserver …

Peter O’Connor, professeur et responsable des programmes académiques à l’Essec, remet en cause la fronde des hôteliers contre les OTA.

« (…) les OTA ne sont pas l’ennemi des hôteliers. Il juge que les hôteliers sont en train de scier la branche sur laquelle ils sont assis en s’attaquant ainsi aux OTA. Ces dernières leur offrent une visibilité inégalée, même si certaines conditions contractuelles sont à revoir. (…)

« Aujourd’hui, l’e-commerce repose sur une problématique : comment le client peut-il me trouver ? », explique-t-il. Lors de la préparation de son voyage, un client regarde entre 12 et 20 sites avant de réserver (source Google). La question du référencement naturel (SEO) et payant (SEM) est donc essentielle. Quand un client recherche aujourd’hui ‘hôtel Paris’ sur Google, il n’a aucune chance de tomber en direct en première page sur le site d’un hôtel (même si l’outil Google Hotel Finder change la donne). Si un hôtel veut apparaître en première page dans une grande ville comme Paris, il devra dépenser énormément en SEM. Seuls les hôtels ayant un concept unique peuvent se démarquer (…) »

http://www.lhotellerie-restauration.fr/journal/gestion-marketing/2013-10/Les-agences-de-voyage-en-ligne-sont-elles-l-ennemi-de-l-hotellerie.htm

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s