stat-up = lacher prise + « less is more » + acceptation du danger + « good enough » + scalabilité

Je suis tellement d’accord que même si je n’ai pas le lien donc … je ne peux résister

Quand les start-up bousculent le management

Eric Villemin François Potier

Développer la « culture start-up » : il n’y a plus une politique managériale au sein d’un grand groupe qui ne fasse mention de cette ambition, avec une ferveur plus ou moins sincère. Le passage à l’acte est une autre affaire. Cinq pistes, au moins pour commencer…

Le lâcher-prise

Par nécessité – la faiblesse de leurs effectifs – et par souci d’efficacité – passer très vite de l’idée à la réalisation – les entreprises du digital sont étrangères aux modèles d’organisation axés sur le contrôle. Les organigrammes sont simples et chaque collaborateur n’est souvent le chef que de lui-même. Pour celles qui ont grossi, cela reste une obsession. A la question « Comment rester agile avec 1.400 salariés ? » Jacques-Antoine Granjon, le fondateur de Vente-privee.com, répond : « Cela m’empêche de dormir… Il nous faut absolument moins de strates de management. » Cette responsabilisation des individus redonne clairement du sens à l’entreprise et à ses équipes..

Le « less is more ».

Prenez Leboncoin.fr. Chaque mois, le premier site d’annonces, au design low cost et aux fonctionnalités rudimentaires, est fréquenté par un quart des Français. Autre exemple puissant : Google. Le moteur de recherche a fait son succès sur une page de résultats on ne peut plus basique. Derrière ces réussites, une doctrine : la simplicité. Dans beaucoup d’entreprises du numérique, le « moins = plus » a dépassé le design pour devenir un modèle de management. Jeff Bezos, le patron d’Amazon, leader mondial de l’e-commerce, considère que la frugalité est le meilleur levier de l’innovation.

L’acceptation du danger.

Travailler dans une start-up, c’est beaucoup d’enthousiasme, mais c’est aussi le sentiment permanent du danger. Netscape, AltaVista, Motorola, Napster, Myspace, Megaupload… La liste est longue des stars aujourd’hui disparues ou sur le déclin. Les cycles de vie sont extraordinairement courts et l’obsolescence parfois fulgurante. Au fond, l’acceptation de cet implacable « darwinisme digital » est saine : elle favorise l’adaptation permanente et encourage cette culture du risque qui fait tant défaut dans les organisations plus anciennes et plus lourdes.

  « good enough »

Là encore, la pénurie de moyens a des vertus. Elle évite ce perfectionnisme souvent bloquant qui veut que l’on « sorte » un projet uniquement quand il est intégralement abouti. Beaucoup d’entreprises du digital sont capables de baisser d’un cran leurs exigences quand le « time to market » est en jeu. Philippe Collombel, associé du fonds de capital-risque Partech Ventures, considère que cette méthode du « good enough » pourrait secouer certains secteurs. Il cite, un brin provocateur, le cas des drones militaires, production dans laquelle l’industrie européenne est totalement absente. Mieux vaut un bon produit qui sort vite qu’un excellent produit après la bataille…

La « scalabilité ».

Derrière ce terme issu de l’informatique (« capacité à répondre de manière linéaire à des requêtes croissantes »), se cache la grande ambition des start-up : se développer de manière fulgurante. Ce gène de la croissance, Criteo l’a résolument. L’entreprise française spécialisée dans le ciblage publicitaire sur Internet a vu son chiffre d’affaires passer de 7 à 400 millions d’euros en trois ans, dont plus de 80 % à l’international. Sa recette ? Beaucoup de technologie, une énorme dose de souplesse et sans doute une vision très claire du « coup d’après ».

L’avenir confirmera sans doute que les start-up réinventent l’entreprise. Les recettes qu’elles appliquent se résument à une seule : faire sa place au désordre. (…)

Les Echos 2013 – Tous droits réservés

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s